Drexel dragonThe Math ForumDonate to the Math Forum



Search All of the Math Forum:

Views expressed in these public forums are not endorsed by Drexel University or The Math Forum.


Math Forum » Discussions » sci.math.* » sci.math.independent

Topic: LE TEMPS UNIVERSEL DE NEWTON
Replies: 6   Last Post: Jan 11, 2013 4:53 PM

Advanced Search

Back to Topic List Back to Topic List Jump to Tree View Jump to Tree View   Messages: [ Previous | Next ]
Pentcho Valev

Posts: 3,243
Registered: 12/13/04
Re: LE TEMPS UNIVERSEL DE NEWTON
Posted: Jan 9, 2013 11:50 AM
  Click to see the message monospaced in plain text Plain Text   Click to reply to this topic Reply

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4508479
Etienne Klein: "J'ai récemment donné un cours de relativité, et non de relativisme, ça n'a rien à voir, à de futurs ingénieurs. Alors que je venais d'effectuer un calcul montrant que la durée d'un phénomène dépend de la vitesse de l'observateur, un étudiant prit la parole : "Monsieur, personnellement, je ne suis pas d'accord avec Einstein". J'imaginais qu'il allait défendre une théorie alternative, réinventer l'éther luminifère ou je ne sais quoi d'autre, en tout cas qu'il allait argumenter. Mais il se contenta de dire "Je ne crois pas à cette relativité des durées que vous venez de calculer, parce que je ne la sens pas". Là, j'avoue j'ai eu un choc. Ce jeune homme n'avait certainement pas lu les travaux des sociologues des sciences, pas plus qu'il n'avait lu Einstein, mais il avait suffisamment confiance dans son ressenti personnel, pour s'autoriser à contester un résultat qu'un siècle d'expériences innombrables avaient cautionné."

Etienne Klein,

On peut déduire la dilatation des durées à partir du second postulat d'Einstein (la vitesse de la lumière ne dépend pas de la vitesse de la source lumineuse), sans utiliser le premier (le principe de relativité):

http://www.people.fas.harvard.edu/~djmorin/chap11.pdf
David Morin, p. 12

Et si la dilatation des durées est vraie, alors "le futur existe déjà":

http://www.bourbaphy.fr/damourtemps.pdf
Thibault Damour: "The paradigm of the special relativistic upheaval of the usual concept of time is the twin paradox. Let us emphasize that this striking example of time dilation proves that time travel (towards the future) is possible. As a gedanken experiment (if we neglect practicalities such as the technology needed for reaching velocities comparable to the velocity of light, the cost of the fuel and the capacity of the traveller to sustain high accelerations), it shows that a sentient being can jump, "within a minute" (of his experienced time) arbitrarily far in the future, say sixty million years ahead, and see, and be part of, what (will) happen then on Earth. This is a clear way of realizing that the future "already exists" (as we can experience it "in a minute")."

Est-ce que le futur existe déjà, Etienne Klein? Si ce n'est pas vrai, c'est-à-dire si le conséquent est faux, alors l'antécédent (la vitesse de la lumière ne dépend pas de la vitesse de la source lumineuse) est faux lui-aussi. La théorie de l'émission de Newton (expliquant parfaitement le résultat négatif de l'expérience de Michelson-Morley) reste la seule alternative:

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, p. 112: "De plus, si l'on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l'avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde: une pierre jetée d'un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d'un train a l'arrêt. Or, d'après Einstein, la vitesse d'une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l'émet! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l'échec de l'expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l'avons vu, résista cependant à la tentation d'expliquer ces échecs à l'aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther."

Pentcho Valev



Point your RSS reader here for a feed of the latest messages in this topic.

[Privacy Policy] [Terms of Use]

© Drexel University 1994-2014. All Rights Reserved.
The Math Forum is a research and educational enterprise of the Drexel University School of Education.