Drexel dragonThe Math ForumDonate to the Math Forum



Search All of the Math Forum:

Views expressed in these public forums are not endorsed by Drexel University or The Math Forum.


Math Forum » Discussions » sci.math.* » sci.math

Topic: LES RUINES FAITES PAR EINSTEINIANA
Replies: 9   Last Post: Mar 14, 2013 9:29 AM

Advanced Search

Back to Topic List Back to Topic List Jump to Tree View Jump to Tree View   Messages: [ Previous | Next ]
Pentcho Valev

Posts: 3,464
Registered: 12/13/04
Re: LES RUINES FAITES PAR EINSTEINIANA
Posted: Mar 6, 2013 6:28 AM
  Click to see the message monospaced in plain text Plain Text   Click to reply to this topic Reply

http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-etienne-klein-les-neutrinos-et-la-vitesse-de-la-lumiere-2013-03-07
Etienne Klein: "Mais ce n'est pas parce que la vitesse de la lumière limite nos rêves qu'on peut s'autoriser à la traiter de « carcan mental », car en vérité, il n'y a rien de plus excitant pour l'imaginaire que d'envisager tout ce que la théorie de la relativité implique d'inimaginable..."

Il faut remplacer "rien de plus excitant pour l'imaginaire que d'envisager tout ce que la théorie de la relativité implique d'inimaginable" par "rien de plus dévastateur pour l'esprit rationnel que d'envisager tout ce que la théorie de la relativité implique d'inimaginable", Etienne Klein:

http://o.castera.free.fr/pdf/La_relativite.pdf
Jean-Marc Lévy-Leblond: "Un objet de longueur L0 dans son propre référentiel sera, dans un autre référentiel, repéré différemment et se verra attribuer une longueur inférieure L. Mais, comme dans le cas spatial, c'est là un effet de parallaxe : ce n'est que si les axes spatiotemporels de l'objet coincident avec ceux de la règle utilisée que l'on peut affirmer mesurer la longueur propre de l'objet. La dilatation des temps s'explique de façon analogue. Ces effets sont donc parfaitement "réels" tout en ne concernant que des "apparences"."

http://math.ucr.edu/home/baez/physics/Relativity/SR/barn_pole.html
"These are the props. You own a barn, 40m long, with automatic doors at either end, that can be opened and closed simultaneously by a switch. You also have a pole, 80m long, which of course won't fit in the barn. (...) If it does not explode under the strain and it is sufficiently elastic it will come to rest and start to spring back to its natural shape but since it is too big for the barn the other end is now going to crash into the back door and the rod will be trapped IN A COMPRESSED STATE inside the barn."

http://www.quebecscience.qc.ca/Revolutions
Stéphane Durand: "Ainsi, une fusée de 100 m passant à toute vitesse dans un tunnel de 60 m pourrait être entièrement contenue dans ce tunnel pendant une fraction de seconde, durant laquelle il serait possible de fermer des portes aux deux bouts! La fusée est donc réellement plus courte. Pourtant, il n'y a PAS DE COMPRESSION matérielle ou physique de l'engin."

http://www.parabola.unsw.edu.au/vol35_no1/vol35_no1_2.pdf
"Suppose you want to fit a 20m pole into a 10m barn. (...) Hence in both frames of reference, the pole fits inside the barn (and will presumably shatter when the doors are closed)."

http://alcor.concordia.ca/~scol/seminars/conference/abstracts/Durand.html
Stéphane Durand: "Nous présentons quelques arguments en faveur de la réalité de l'espace-temps. (...) La contraction une longueur est un phénomène à la fois réel mais sans déformation structurelle. C'est un phénomène réel (et non pas une illusion) car, par exemple, une perche dont la longueur au repos est plus grande que la longueur au repos d'une grange peut réellement être contenue dans cette dernière si elle se déplace assez rapidement. Par contre, il ne peut y avoir de contraction structurelle de la perche, i.e de déformation matérielle de l'objet, car la contraction de sa longueur aurait aussi lieu si c'était plutôt l'observateur qui se mettait en mouvement sans changer l'état de mouvement de la perche. Autrement dit, sans changer l'état de la perche, en se mettant soi-même en mouvement, on change sa longueur: ce n'est donc clairement pas une contraction matérielle (l'état de la perche est le même dans les deux cas). De plus, si deux observateurs se mettent en mouvement à des vitesses différentes par rapport à la perche, ces deux observateurs vont mesurer une longueur différente de la même perche. Une situation inexplicable en termes de contraction matérielle de la perche."

Toutes ces élucubrations sont des conséquences du faux principe stipulant que la vitesse de la lumière ne dépend pas de la vitesse de la source émettrice, Etienne Klein. Il faut le remplacer par le vrai principe (donné par la théorie de l'émission de Newton) stipulant que la vitesse de la lumière dépend de la vitesse de la source émettrice:

http://www.amazon.ca/Introduction-relativit%C3%A9-James-H-Smith/dp/B003YEIA3S
James H. Smith, "Introduction à la relativité", édition française dirigée par Jean-Marc Lévy-Leblond, pp. 39-41: "Si la lumière était un flot de particules mécaniques obéissant aux lois de la mécanique, il n'y aurait aucune difficulté à comprendre les résultats de l'expérience de Michelson-Morley.... Supposons, par exemple, qu'une fusée se déplace avec une vitesse (1/2)c par rapport à un observateur et qu'un rayon de lumière parte de son nez. Si la vitesse de la lumière signifiait vitesse des "particules" de la lumière par rapport à leur source, alors ces "particules" de lumière se déplaceraient à la vitesse c/2+c=(3/2)c par rapport à l'observateur. Mais ce comportement ne ressemble pas du tout à celui d'une onde, car les ondes se propagent à une certaine vitesse par rapport au milieu dans lequel elles se développent et non pas à une certaine vitesse par rapport à leur source. (...) Il nous faut insister sur le fait suivant: QUAND EINSTEIN PROPOSA QUE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE SOIT INDÉPENDANTE DE CELLE DE LA SOURCE, IL N'EN EXISTAIT AUCUNE PREUVE EXPÉRIMENTALE."

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, p. 112: "De plus, si l'on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l'avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde: une pierre jetée d'un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d'un train a l'arrêt. Or, d'après Einstein, la vitesse d'une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l'émet! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l'échec de l'expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l'avons vu, résista cependant à la tentation d'expliquer ces échecs à l'aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther."

Pentcho Valev




Point your RSS reader here for a feed of the latest messages in this topic.

[Privacy Policy] [Terms of Use]

© Drexel University 1994-2014. All Rights Reserved.
The Math Forum is a research and educational enterprise of the Drexel University School of Education.