Drexel dragonThe Math ForumDonate to the Math Forum



Search All of the Math Forum:

Views expressed in these public forums are not endorsed by Drexel University or The Math Forum.


Math Forum » Discussions » sci.math.* » sci.math

Topic: LE TEMPS PHYSIQUE : LA QUESTION CRUCIALE
Replies: 3   Last Post: Mar 26, 2013 7:38 AM

Advanced Search

Back to Topic List Back to Topic List Jump to Tree View Jump to Tree View   Messages: [ Previous | Next ]
Pentcho Valev

Posts: 3,474
Registered: 12/13/04
Re: LE TEMPS PHYSIQUE : LA QUESTION CRUCIALE
Posted: Mar 26, 2013 4:27 AM
  Click to see the message monospaced in plain text Plain Text   Click to reply to this topic Reply

http://www.acfas.ca/publications/decouvrir/2013/03/comment-dire-avec-mots-parle-physique
Etienne Klein: "Une anecdote m'a permis de prendre conscience de cette évolution. Récemment, j'ai eu l'occasion de donner un cours de relativité (et non de relativisme...) à de futurs ingénieurs. Alors que je venais d'effectuer un calcul montrant que la durée d'un phénomène dépend de la vitesse de l'observateur, un étudiant prit la parole : « Monsieur, personnellement, je ne suis pas d'accord avec Einstein ! » J'imaginai qu'il allait défendre une théorie alternative, ou bien réinventer l'éther luminifère, en tout cas qu'il allait argumenter. Mais il se contenta de dire : « Je ne crois pas à cette relativité des durées que vous venez de démontrer, parce que je ne la... sens pas ! » Là, j'avoue, j'ai éprouvé une sorte de choc : ce jeune homme qui n'avait certainement pas lu Einstein avait suffisamment confiance dans son « ressenti » personnel pour s'autoriser à contester un résultat qu'un siècle d'expériences innombrables avait cautionné. (...) Grâce à la sympathie intellectuelle quasi spontanée dont elles bénéficient, les doctrines relativistes contribuent à une forme d'illettrisme scientifique d'autant plus pernicieuse que celle-ci avance inconsciente d'elle-même. Au demeurant, pourquoi ces doctrines séduisent-elles tant? Sans doute parce que, interprétées comme une remise en cause des prétentions de la science, un antidote à l'arrogance des scientifiques, elles semblent nourrir un soupçon qui se généralise, celui de l'imposture : « Finalement, (en science comme ailleurs) tout est relatif. ». Ce soupçon légitime une forme de désinvolture intellectuelle, de paresse systématique, et procure même une sorte de soulagement : dès lors que la science produit des discours qui n'auraient pas plus de véracité que les autres, pourquoi faudrait-il s'échiner à vouloir les comprendre, à se les approprier?"

L'étudiant avait raison, Etienne Klein, et vous le savez très bien:

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?pause=442163
"Vous dites le temps c'est comme le paysage qui ne bouge pas..."
ETIENNE KLEIN: "Ça c'est une conception c'est pas forcement la bonne mais c'est celle que défend Einstein."
"C'est pas la vôtre?"
ETIENNE KLEIN: "Heu... disons que c'est une conception qui pose des problèmes quand on compare ce que dit la relativité d'Einstein à ce que dit une autre théorie physique qui s'appelle la physique quantique..."

http://philodutemps.free.fr/?tag=presentisme
"Etienne Klein exprime sa sympathie pour une solution intermédiaire entre le présentisme et la théorie de l'univers-bloc... (...) Etienne Klein: "Mais ces deux interprétations, univers-bloc et présentisme, sont loin d'avoir clos le débat. Dans le premier cas, l'existence même du cours du temps est relativisée, ou bien, selon une manoeuvre idéaliste assez classique, transformée sans que l'on nous précise comment en un produit de notre conscience : ce serait seulement par et pour une conscience que se succéderaient les instants du monde. De surcroît, l'interprétation de l'univers-bloc ne semble pas aisément compatible avec l'indéterminisme de la physique quantique qui, d'une certaine façon, laisse l'avenir ouvert à plusieurs possibilités. Quand au présentisme, il s'accorde mal avec la théorie de la relativité restreinte..."

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4512239
Etienne Klein: "D'où ma proposition, sans attendre que les physiciens accordent leurs violons, ne faudrait-il pas bricoler d'urgence une habile synthèse entre le présentisme et l'univers bloc, les mélanger astucieusement pour donner corps à l'idée que le futur existe déjà, que c'est une authentique réalité, mais que cette réalité n'est pas complètement configurée, pas intégralement définie, qu'il y a encore place pour du jeu, des espaces pour la volonté, le désir, l'invention."

L'épanouissement des "doctrines relativistes" que vous craignez, Etienne Klein, n'est pas dû aux voix rares et faibles des critiques de la Théorie Divine d'Albert le Divin ; plutôt, il est dû à la doublepensée que les Frères Einsteiniens pratiquent depuis un siècle:

http://www.librairal.org/wiki/George_Orwell:1984_-_Deuxi%C3%A8me_Partie_-_Chapitre_IX
George Orwell: "La doublepensée est le pouvoir de garder à l'esprit simultanément deux croyances contradictoires, et de les accepter toutes deux. Un intellectuel du Parti sait dans quel sens ses souvenirs doivent être modifiés. Il sait, par conséquent, qu'il joue avec la réalité, mais, par l'exercice de la doublepensée, il se persuade que la réalité nest pas violée. Le processus doit être conscient, autrement il ne pourrait être réalisé avec une précision suffisante, mais il doit aussi être inconscient. Sinon, il apporterait avec lui une impression de falsification et, partant, de culpabilité. La doublepensée se place au cur même de l'Angsoc, puisque l'acte essentiel du Parti est d'employer la duperie consciente, tout en retenant la fermeté d'intention qui va de pair avec l'honnêteté véritable. Dire des mensonges délibérés tout en y croyant sincèrement, oublier tous les faits devenus gênants puis, lorsque c'est nécessaire, les tirer de l'oubli pour seulement le laps de temps utile, nier l'existence dune réalité objective alors qu'on tient compte de la réalité qu'on nie, tout cela est d'une indispensable nécessité. (...) Il est à peine besoin de dire que les plus subtils praticiens de la doublepensée sont ceux qui l'inventèrent et qui savent qu'elle est un vaste système de duperie mentale. Dans notre société, ceux qui ont la connaissance la plus complète de ce qui se passe, sont aussi ceux qui sont les plus éloignés de voir le monde tel qu'il est. En général, plus vaste est la compréhension, plus profonde est l'illusion. Le plus intelligent est le moins normal."

Pentcho Valev




Point your RSS reader here for a feed of the latest messages in this topic.

[Privacy Policy] [Terms of Use]

© Drexel University 1994-2014. All Rights Reserved.
The Math Forum is a research and educational enterprise of the Drexel University School of Education.