Date: Nov 11, 2012 6:57 AM
Author: Pentcho Valev
Subject: LES MENSONGES DES EINSTEINIENS

http://www.inrp.fr/Acces/clea/cahiers-clairaut/CLEA_CahiersClairaut_137_03.pdf
Etienne Klein: "Mais cette mise à mort de l'éther n'est pas sans conséquences. Une fois proclamée, elle oblige Einstein à remanier la formulation galiléenne du principe de relativité, ce qu'il fait à partir d'un second postulat : la vitesse de la lumière (qui est aussi celle des ondes électromagnétiques) demeure invariante lorsqu'on change de référentiel, ce qui implique qu'elle est indépendante de la vitesse de la source de lumière et de la vitesse de l'observateur par rapport à la source."

Etienne Klein,

La mise à mort de l'éther ne pourrait pas obliger Einstein à avancer le second postulat - un postulat qui était "plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther":

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, p. 112: "De plus, si l'on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l'avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde: une pierre jetée d'un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d'un train a l'arrêt. Or, d'après Einstein, la vitesse d'une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l'émet! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l'échec de l'expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l'avons vu, résista cependant à la tentation d'expliquer ces échecs à l'aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther."

Etienne Klein, votre omniprésence dans les média s'est avérée dévastatrice pour la science française. Cela vous le savez très bien:

http://archives.lesechos.fr/archives/2004/LesEchos/19077-80-ECH.htm
"Physicien au CEA, professeur et auteur, Etienne Klein s'inquiète des relations de plus en plus conflictuelles entre la science et la société. (...) « Je me demande si nous aurons encore des physiciens dans trente ou quarante ans », remarque ce touche-à-tout aux multiples centres d'intérêt : la constitution de la matière, le temps, les relations entre science et philosophie. (...) Etienne Klein n'est pas optimiste. Selon lui, il se pourrait bien que l'idée de progrès soit tout bonnement « en train de mourir sous nos yeux »."

http://www3.sympatico.ca/gaston.ringuelet/lepetitprince/chapitre11.html
- Est-ce que tu m'admires vraiment beaucoup ? demanda-t-il au petit prince.
- Qu'est-ce que signifie admirer ?
- Admirer signifie reconnaître que je suis l'homme le plus beau, le mieux habillé, le plus riche et le plus intelligent de la planète.
- Mais tu es seul sur ta planète !
- Fais-moi ce plaisir. Admire-moi quand même !

Pentcho Valev