Date: Jan 29, 2013 7:23 AM
Author: Pentcho Valev
Subject: Re: EINSTEINIANA : LE POSTULAT SUPERFLU

http://acces.ens-lyon.fr/clea/vieclea/nouvelles-productions/cc/cc138/CLEA_CahiersClairaut_138_02.pdf
Jean Eisenstaedt: "La théorie de l'émission consiste essentiellement en l'application à la lumière de la cinématique ainsi que de la dynamique newtonienne des corps matériels. La lumière est vue comme un corpuscule lumineux qui est sujet aux mêmes lois qu'un corpuscule matériel ; sa propagation en ligne droite ne pose pas problème. À longue portée elle est sujette à la cinématique des corps matériels, et, pour de nombreux auteurs, à la gravitation."

Jean Eisenstaedt,

Est-ce que la théorie de l'émission a été confirmée par les expériences de Michelson-Morley et de Pound-Rebka?

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, p. 112: "De plus, si l'on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l'avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde: une pierre jetée d'un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d'un train a l'arrêt. Or, d'après Einstein, la vitesse d'une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l'émet! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l'échec de l'expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l'avons vu, résista cependant à la tentation d'expliquer ces échecs à l'aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther."

http://www.einstein-online.info/spotlights/redshift_white_dwarfs
Albert Einstein Institute: "One of the three classical tests for general relativity is the gravitational redshift of light or other forms of electromagnetic radiation. However, in contrast to the other two tests - the gravitational deflection of light and the relativistic perihelion shift -, you do not need general relativity to derive the correct prediction for the gravitational redshift. A combination of Newtonian gravity, a particle theory of light, and the weak equivalence principle (gravitating mass equals inertial mass) suffices. (...) The gravitational redshift was first measured on earth in 1960-65 by Pound, Rebka, and Snider at Harvard University..."

Pentcho Valev