Date: Feb 5, 2013 7:14 AM
Author: Pentcho Valev
Subject: Re: EINSTEINIANA : LE POSTULAT SUPERFLU

http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b12c5.php
Etienne Klein: "On pourrait s'attendre à voir la cosmologie confirmer la vision d'un espace-temps statique telle que la prône la relativité restreinte. Il n'en est rien. La quasi-unanimité des physiciens s'accorde aujourd'hui sur des modèles d'univers particuliers, dits de big bang, dans lesquels on peut définir un temps cosmologique, lié à l'expansion de l'univers. Sans pour autant s'identifier au temps absolu de Newton, ce temps cosmologique partage avec lui la propriété d'être universel : des observateurs qui ne sont soumis à aucune accélération et ne subissent aucun effet gravitationnel mutuel peuvent en effet synchroniser leurs montres, et celles-ci resteront en phase tout au long de l'évolution cosmique. De plus, comme le temps de Newton, ce temps cosmologique s'écoule toujours dans le même sens, et c'est ce qui permet de l'utiliser pour retracer l'histoire de l'univers."

Cela s'appelle schizophrénie, Etienne Klein. Ou, plutôt, c'est la capacité des Einsteiniens de tirer profit à la fois des conséquences absurdes de la relativité restreinte et de la vraie antithèse newtonienne. Il faut immédiatement "abandonner la relativité restreinte", Etienne Klein:

http://www.amazon.fr/Plus-vite-lumi%C3%A8re-Joao-Magueijo/dp/2100072471
Joao Magueijo, PLUS VITE QUE LA LUMIERE, pp. 298-299: "La racine du mal était clairement la relativité restreinte. Tous ces paradoxes résultaient d'effets bien connus comme la contraction des longueurs, la dilatation du temps, ou E=mc^2, tous des prédictions directes de la relativité restreinte. (...) La conséquence en était inévitable: pour édifier une théorie cohérente de la gravité quantique, quelle qu'elle soit, nous devions commencer par abandonner la relativité restreinte. Nous avons alors compris que beaucoup des incohérences connues, affligeant les théories de gravité quantique proposées jusqu'alors, résultaient sans doute égualement d'avoir religieusement supposé comme vraie la relativité restreinte."

Pentcho Valev