Date: Feb 22, 2013 4:19 AM
Author: Pentcho Valev
Subject: Re: L'épistémologie de Lakatos et la constance de <br>	la vitesse de la lumière

L'espace-temps einsteinien comme ceinture protectrice du faux principe de la constance de la vitesse de la lumière:

http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b12c5.php
Etienne Klein: "Dans les premières années de ce siècle, Einstein tente de concilier l'électromagnétisme de Maxwell [plus précisément, la seule facette que Einstein prend de la théorie de l'éther, le faux principe stipulant que la vitesse de la lumière ne dépend pas de la vitesse de la source émettrice] et le principe de relativité de la mécanique. Il trouve la solution dans une redéfinition de l'espace et du temps, introduisant le concept d'espace-temps, en remplacement des concepts jusqu'alors séparés d'espace et de temps. Si l'on change de référentiel galiléen dans l'espace-temps, le temps se transforme en partie en espace, et l'espace se transforme en partie en temps. Conséquence philosophique : le temps perd son idéalité newtonienne, il cesse d'être extérieur à l'espace et se met à dépendre de la dynamique. Conséquence pratique : les horloges, lorsqu'elles se déplacent en mouvement rapide dans l'espace, ralentissent le rythme de leurs battements."

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, p. 112: "De plus, si l'on admet que la lumière est constituée de particules, comme Einstein l'avait suggéré dans son premier article, 13 semaines plus tôt, le second principe parait absurde: une pierre jetée d'un train qui roule très vite fait bien plus de dégâts que si on la jette d'un train a l'arrêt. Or, d'après Einstein, la vitesse d'une certaine particule ne serait pas indépendante du mouvement du corps qui l'émet! Si nous considérons que la lumière est composée de particules qui obéissent aux lois de Newton, ces particules se conformeront à la relativité newtonienne. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de recourir à la contraction des longueurs, au temps local ou à la transformation de Lorentz pour expliquer l'échec de l'expérience de Michelson-Morley. Einstein, comme nous l'avons vu, résista cependant à la tentation d'expliquer ces échecs à l'aide des idées newtoniennes, simples et familières. Il introduisit son second postulat, plus ou moins évident lorsqu'on pensait en termes d'ondes dans l'éther. Cependant, si la chose était si évidente, pourquoi avait-il besoin de l'ériger en principe? Parce que, ayant pris de l'idée d'ondes lumineuses dans l'éther la seule facette qui lui était nécessaire, il déclarait, au début de l'article que "l'introduction d'un éther, support de la lumière, s'avérait superflue"."

Cette ceinture protectrice est presque parfaite mais elle ne marche pas lorsqu'un observateur se dirige vers la source des ondes lumineuses et constate que la fréquence et la vitesse des ondes par rapport à lui augmentent:

http://www.donbosco-tournai.be/expo-db/www/CDEXPO/Ondes_fichiers/EffetDoppler.pdf
"La variation de la fréquence observée lorsqu'il y a mouvement relatif entre la source et l'observateur est appelée effet Doppler. (...) 6. Source immobile - Observateur en mouvement: La distance entre les crêtes, la longueur d'onde lambda ne change pas. Mais la vitesse des crêtes par rapport à l'observateur change ! Lobservateur se rapproche de la source: f'=V'/(lambda)=f(1+Vo/V). (...) L'effet Doppler peut se produire pour toutes les sortes d'ondes."

http://www.radartutorial.eu/11.coherent/co06.fr.html
"L'effet Doppler est le décalage de fréquence d'une onde acoustique ou électromagnétique entre la mesure à l'émission et la mesure à la réception lorsque la distance entre l'émetteur et le récepteur varie au cours du temps. (...) Pour comprendre ce phénomène, il s'agit de penser à une onde à une fréquence donnée qui est émise vers un observateur en mouvement, ou vis-versa. LA LONGUEUR D'ONDE DU SIGNAL EST CONSTANTE mais si l'observateur se rapproche de la source, il se déplace vers les fronts d'ondes successifs et perçoit donc plus d'ondes par seconde que s'il était resté stationnaire, donc une augmentation de la fréquence. De la même manière, s'il s'éloigne de la source, les fronts d'onde l'atteindront avec un retard qui dépend de sa vitesse d'éloignement, donc une diminution de la fréquence. Dans le cas sonore, cela se traduit par un son plus aigu lors d'un rapprochement de la source et un son plus grave en s'éloignant de celle-ci. Dans le domaine de la lumière visible, on parle de décalage vers le bleu pour un rapprochement et vers le rouge dans le cas d'éloignement en se référant au spectre lumineux. La même chose s'applique à toutes les gammes d'ondes électromagnétiques dont les ondes utilisées par les radars."

http://fqxi.org/data/essay-contest-files/Valev_Shift_in_Frequency_Im.pdf
Shift in Frequency Implies Shift in Speed of Light

Pentcho Valev