Date: Mar 3, 2013 9:34 AM
Author: Pentcho Valev
Subject: LES RUINES FAITES PAR EINSTEINIANA

http://www.amazon.ca/Oeuvres-compl%C3%A8tes-Jacques-Maritain/dp/2850492752 
Jacques Maritain, Oeuvres complètes, Volume 3, p. 285: "Il ne reste plus alors qu'à avouer que la théorie [d'Einstein], si l'on donnait une signification ontologiquement réelle aux entités qu'elle met en jeu, comporterait des absurdités; entièrement logique et cohérente comme système hypothético-déductif et synthèse mathématique des phénomènes, elle n'est pas, malgré les prétensions de ses partisans, une philosophie de la nature, parce que le principe de la constance de la vitesse de la lumière, sur lequel elle s'appuie, ne peut pas être ontologiquement vrai." p. 300: "La science, même la plus mélangée d'hypothétique et de probable, même la moins élevée en intellectualité, la science est chose bonne en elle-même, et qui détient une étincelle divine. On a vu toutefois ce qu'elle peut produire, lorsqu'elle est employée par l'homme, en fait de ruines matérielles et de destructions sanglantes. Les désastres qu'en usant d'elle les apprentis sorciers peuvent provoquer dans l'ordre de l'esprit, pour être invisibles, ne sont pas moins énormes."

Est-ce que les désastres dans l'ordre de l'esprit provoqués par Einsteinana sont vraiment énormes? C'est facile à vérifier. Depuis des décennies, Jean-Marc Lévy-Leblond enseigne que, même si la vitesse de la lumière était variable, la Théorie Divine d'Albert le Divin resterait valide, yes we all believe in relativity, relativity, relativity:

http://o.castera.free.fr/pdf/bup.pdf
Jean-Marc Lévy-Leblond: "Supposez que demain un expérimentateur soit capable de vraiment mettre la main sur le photon, et de dire qu'il n'a pas une masse nulle. Qu'il a une masse de, mettons 10^(-60)kg. Sa masse n'est pas nulle, et du coup la lumière ne va plus à la "vitesse de la lumière". Vous pouvez imaginer les gros titres dans les journaux : "La théorie de la relativité s'effondre", "Einstein s'est trompé", etc. Or cette éventuelle observation ne serait en rien contradictoire avec la théorie de la relativité ! Einstein a certe construit sa théorie en analysant des échanges de signaux lumineux propagés à la vitesse limite. Si on trouve que le photon a une masse non-nulle, ce sera que cette vitesse n'est pas la vitesse limite, et la démonstration initiale s'effondre donc. Mais ce n'est pas parce qu'une démonstration est erronée que son résultat est faux ! Quand vous avez une table à plusieurs pieds, vous pouvez en couper un, elle continue à tenir debout. Et heureusement, la théorie de la relativité a plusieurs pieds."

http://o.castera.free.fr/pdf/Chronogeometrie.pdf
Jean-Marc Lévy-Leblond: "D'autre part, nous savons aujourd'hui que l'invariance de la vitesse de la lumière est une conséquence de la nullité de la masse du photon. Mais, empiriquement, cette masse, aussi faible soit son actuelle borne supérieure expérimentale, ne peut et ne pourra jamais être considérée avec certitude comme rigoureusement nulle. Il se pourrait même que de futures mesures mettent en évidence une masse infime, mais non-nulle, du photon ; la lumière alors n'irait plus à la "vitesse de la lumière", ou, plus précisément, la vitesse de la lumière, désormais variable, ne s'identifierait plus à la vitesse limite invariante. Les procédures opérationnelles mises en jeu par le "second postulat" deviendraient caduques ipso facto. La théorie elle-même en serait-elle invalidée ? Heureusement, il n'en est rien ; mais, pour s'en assurer, il convient de la refonder sur des bases plus solides, et d'ailleurs plus économiques. En vérité, le premier postulat suffit, à la condition de l'exploiter à fond."

http://o.castera.free.fr/pdf/Une_derivation_de_plus.pdf
Jean-Marc Lévy-Leblond: "La mise en évidence d'une masse non nulle pour le photon, ne ferait en aucun cas, en tant que telle, trembler la validité de la relativité restreinte. Cependant, cela annulerait les dérivations qui sont basées sur l'invariance de la vitesse du photon."

Quelle était la réaction des esprits scientifiques face à l'absurdité criante découverte par Jean-Marc Lévy-Leblond? Positive - aujourd'hui les variations de l'absurdité sont enseignées partout en France:

http://www.ac-creteil.fr/lycees/93/lmichelbobigny/dossiers/Einstein/physique/p1chap6.html
"Ce second postulat est en accord avec l'expérience de Michelson: il affirme que la vitesse d'un rayon lumineux est la même que la source de lumière soit immobile ou en mouvement par rapport à l'observateur. Remarque : Les physiciens du 20ième siècle ont démontré (ex: travaux de Jean Marc Lévy-Leblond dans les années 1970) que le second 'postulat' d'Einstein n'était en fait pas un postulat car il découle d'un autre principe plus général appelé principe de causalité (qui dit qu'une conséquence est toujours nécessairement postérieure à sa cause; JM Lévy-Leblond démontre que cela entraine nécessairement l'existence d'une vitesse limite qui est la même pour tous les référentiels galiléens: cette vitesse limite se trouve être la vitesse de la lumière.)"

Pentcho Valev