Drexel dragonThe Math ForumDonate to the Math Forum



Search All of the Math Forum:

Views expressed in these public forums are not endorsed by Drexel University or The Math Forum.


Math Forum » Discussions » sci.math.* » sci.math

Topic: Vitesse de la lumière: constante ou variable (Lettr
e ouverte à Etienne Klein)

Replies: 10   Last Post: Jan 24, 2013 11:19 PM

Advanced Search

Back to Topic List Back to Topic List Jump to Tree View Jump to Tree View   Messages: [ Previous | Next ]
Pentcho Valev

Posts: 3,465
Registered: 12/13/04
Re: Vitesse de la lumière: constante ou variable (L
ettre ouverte à Etienne Klein)

Posted: Jan 19, 2013 9:49 AM
  Click to see the message monospaced in plain text Plain Text   Click to reply to this topic Reply

http://www.liberation.fr/sciences/010171203-la-quete-des-temps
Etienne Klein: "En physique newtonienne, le temps et l'espace existent même si rien d'autre qu'eux n'existe. Ils constituent une arène préalable accueillant l'ensemble des entités physiques. Mais pour la relativité générale d'Einstein, l'espace et le temps sont déformés par les objets qu'ils contiennent. Ainsi le temps ne s'écoule pas de la même façon au voisinage d'une étoile très dense qu'à proximité d'une planète."

Les Einsteiniens les plus intelligents sont Newtoniens dans le secret de leurs coeurs, Etienne Klein:

http://www.newscientist.com/article/mg20026831.500-what-makes-the-universe-tick.html
"It is still not clear who is right, says John Norton, a philosopher based at the University of Pittsburgh, Pennsylvania. Norton is hesitant to express it, but his instinct - and the consensus in physics - seems to be that space and time exist on their own. The trouble with this idea, though, is that it doesn't sit well with relativity, which describes space-time as a malleable fabric whose geometry can be changed by the gravity of stars, planets and matter."

http://www.decitre.fr/livres/La-relativite.aspx/9782842450199
Banesh Hoffmann, "La relativité, histoire d'une grande idée", Pour la Science, Paris, 1999, pp. 166-169: "L'observateur au plafond constatera que l'horloge du plancher fonctionne plus lentement que celle du plafond. Et pourtant les deux horloges continuent à fonctionner au même rythme. (.....) Le décalage gravitationnel des fréquences n'est pas la conséquence d'un changement du rythme intrinseque des horloges. Ce décalage résulte de L'EFFET DU CHAMP GRAVITATIONNEL SUR LES SIGNAUX LUMINEUX QUI SE PROPAGENT dans l'espace-temps."

Comme vous voyez, Etienne Klein, il n'y a aucune dilatation gravitationnelle des durées. Le décalage gravitationnel des fréquences résulte de l'accélération des signaux lumineux dans un champ de gravitation, une accélération prédite par la théorie de l'émission de Newton:

http://www.arte.tv/fr/La-relativite-a-l-epreuve/856858.html
Jean Eisenstaedt: "Michell est persuadé de l'universalité de la gravitation et que la lumière doit, comme tout autre corpuscule, y être soumise. Il en déduit, en cette fin du XVIIIe siècle, qu'un corpuscule lumineux, émis par une étoile animée d'une vitesse constante, va être petit à petit freiné et sa vitesse diminuée."

http://membres.multimania.fr/juvastro/calculs/einstein.pdf
"Le principe d'équivalence, un des fondements de base de la relativité générale prédit que dans un champ gravitationnel, la lumière tombe comme tout corps matériel selon l'acceleration de la pesanteur."

Le dilemme:

"Dilatation gravitationnelle des durées ou accélération de la lumière dans une champ de gravitation?"

était le sujet de ma présentation en 2005:

http://portal.unesco.org/science/en/ev.php-URL_ID=4601&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

Je n'ai pu participer à la conférence - en ce temps-là vous, Etienne Klein, avec votre camarade Jean Michel Alimi, jouiez Tomas de Torquemada à Paris. La science pouvait encore être sauvée en 2005; maintenant il est peut-être trop tard:

http://archipope.over-blog.com/article-12278372.html
"Nous nous trouvons dans une période de mutation extrêmement profonde. Nous sommes en effet à la fin de la science telle que l'Occident l'a connue », tel est constat actuel que dresse Jean-Marc Lévy-Leblond, physicien théoricien, épistémologue et directeur des collections scientifiques des Editions du Seuil."

http://www.inra.fr/dpenv/pdf/LevyLeblondC56.pdf
Jean-Marc Lévy-Leblond: "Il est peut-être trop tard. Rien ne prouve, je le dis avec quelque gravité, que nous soyons capables d'opérer aujourd'hui ces nécessaires mutations. L'histoire, précisément, nous montre que, dans l'histoire des civilisations, les grands épisodes scientifiques sont terminés... (...) Rien ne garantit donc que dans les siècles à venir, notre civilisation, désormais mondiale, continue à garder à la science en tant que telle la place qu'elle a eue pendant quelques siècles."

Pentcho Valev




Point your RSS reader here for a feed of the latest messages in this topic.

[Privacy Policy] [Terms of Use]

© Drexel University 1994-2014. All Rights Reserved.
The Math Forum is a research and educational enterprise of the Drexel University School of Education.