Drexel dragonThe Math ForumDonate to the Math Forum



Search All of the Math Forum:

Views expressed in these public forums are not endorsed by Drexel University or The Math Forum.


Math Forum » Discussions » sci.math.* » sci.math.independent

Topic: PRESSION DE RADIATION ET VITESSE DES PHOTONS
Replies: 4   Last Post: Jul 20, 2013 3:06 AM

Advanced Search

Back to Topic List Back to Topic List Jump to Tree View Jump to Tree View   Messages: [ Previous | Next ]
Pentcho Valev

Posts: 3,424
Registered: 12/13/04
Re: PRESSION DE RADIATION ET VITESSE DES PHOTONS
Posted: Jul 17, 2013 5:46 PM
  Click to see the message monospaced in plain text Plain Text   Click to reply to this topic Reply

1911: Jean Perrin explique que l'expérience de Michelson-Morley a confirmé la vitesse variable de la lumière stipulée par la théorie de l'émission de Newton; Paul Langevin est d'accord (à contre-coeur):

http://www.sofrphilo.fr/telecharger.php?id=69
Séance du 19 Octobre 1911, LE TEMPS, L'ESPACE ET LA CAUSALITÉ DANS LA PHYSIQUE MODERNE
M. PERRIN. - Il est remarquable qu'un retour à l'hypothèse de l'émission, en admettant que les particules lumineuses sont émises par chaque source avec une même vitesse par rapport à elle dans toutes les directions expliquerait, dans les conceptions de la Mécanique classique, le résultat négatif de l'expérience de Michelson et Morley quel que soit le mouvement d'ensemble du système. D'autre part les physiciens, en développant la théorie des ondulations au point de vue du principe de relativité, sont amenés à conclure que la lumière est inerte et probablement pesante. N'est-ce pas un retour vers l'ancienne théorie de l'émission ?
M. LANGEVIN. - Tout d'abord la théorie de l'émission sous sa forme ancienne compatible avec la mécanique s'est montrée impuissante à expliquer les phénomènes les plus simples de l'optique en particulier la réfraction et les interférences utilisées dans l'expérience même de Michelson et Morley. Elle a dû être abandonnée depuis l'expérience cruciale de Foucault sur la vitesse de la lumière dans les milieux réfringents. S'il est vrai que par un singulier retour le principe de relativité conduise à reconnaître à la lumière des propriétés analogues à l'inertie et même à la pesanteur, une théorie de l'émission qui représenterait ces faits devrait être singulièrement différente de la théorie ancienne et devrait, pour tenir compte de la nature commune des phénomènes optiques et électromagnétiques expliquer aussi ces derniers phénomènes; et comme ceux-ci paraissent exactement régis par les équations des Maxwell, la nouvelle théorie devrait correspondre à l'espace et au temps dont les transformations conservent leur forme à ces équations, c'est-à-dire à l'espace et au temps du groupe de Lorentz. Il est d'ailleurs bien difficile de discuter une théorie non encore formulée.

1909: Walther Ritz est mort. Einstein occupe sa place dans le coeur d'Ehrenfest:

https://webspace.utexas.edu/aam829/1/m/Relativity_files/RitzEinstein.pdf
Alberto Martinez: "Two months after Ritz's death, in September 1909, his exchange with Einstein barely echoed at a meeting of the Deutsche Naturforscher und Ärtze in Salzburg, where Einstein delivered a lecture elaborating his views on the radiation problem but made no explicit reference to Ritz's views. Two years later, however, in November 1911, Paul Ehrenfest wrote a paper comparing Einstein's views on light propagation with those of Ritz. Ehrenfest noted that although both approaches involved a particulate description of light, Ritz's theory constituted a "real" emission theory (in the Newtonian sense), while Einstein's was more akin to the ether conception since it postulated that the velocity of light is independent of the velocity of its source. (...) Ritz's emission theory garnered hardly any supporters, at least none who would develop it or express support for it in print. As noted above, in 1911, two years after Ritz's death, Ehrenfest wrote a paper contrasting Ritz's and Einstein's theories, to which Einstein responded in several letters, trying in vain to convince him that the emission hypothesis should be rejected. Then Ehrenfest became Lorentz's successor at Leiden, and in his inaugural lecture in December 1912, he argued dramatically for the need to decide between Lorentz's and Einstein's theories, on the one hand, and Ritz's on the other. After 1913, however, Ehrenfest no longer advocated Ritz's theory. Ehrenfest and Ritz had been close friends since their student days, Ehrenfest having admired Ritz immensely as his superior in physics and mathematics; but following Ritz's death, Einstein came to play that role, as he and Ehrenfest became close friends."

1913: Ritz et la théorie de l'émission sont oubliés. Albert le Plagiaire est en train de devenir Albert le Divin:

https://webspace.utexas.edu/aam829/1/m/Relativity.html
Alberto Martinez: "Does the speed of light depend on the speed of its source? Before formulating his theory of special relativity, Albert Einstein spent a few years trying to formulate a theory in which the speed of light depends on its source, just like all material projectiles. Likewise, Walter Ritz outlined such a theory, where none of the peculiar effects of Einstein's relativity would hold. By 1913 most physicists abandoned such efforts, accepting the postulate of the constancy of the speed of light. Yet five decades later all the evidence that had been said to prove that the speed of light is independent of its source had been found to be defective."

1922: Paul Langevin explique que l'expérience de Michelson-Morley a glorieusement confirmé la vitesse constante de la lumière stipulée par la Théorie Divine d'Albert le Divin; Jean Perrin est absolument d'accord:

http://www.scribd.com/doc/966376/La-theorie-de-la-relativite-dEinstein-a-la-Societe-francaise-de-philosophie
Séance du 6 avril 1922, LA THÉORIE DE LA RELATIVITÉ
M. LANGEVIN. - (...) La théorie de la Relativité restreinte repose sur deux axiomes fondamentaux : le principe de relativité et le principe de la constance de la vitesse de la lumière. Selon le premier principe, les équations traduisant les lois qui régissent les phénomènes doivent avoir la même forme pour tous les systèmes d'inertie en translation uniforme les uns par rapport aux autres ; ce principe fondé sur l'expérience s'est toujours trouvé confirmé dans tous les domaines de la physique. L'isotropie de la vitesse de la lumière, autrement dit la constance de c quand on passe d'un système galiléen à un autre, est une conséquence de ces lois de l'électromagnétisme que personne ne peut raisonnablement songer à contester, et se trouve directement vérifiée par des expériences du genre de celle de Michelson.
M. PERRIN. - Je m'associe entièrement aux vues de M. Langevin et pense que la théorie a la plus grosse importance dans tous les domaines de la physique.

Pentcho Valev




Point your RSS reader here for a feed of the latest messages in this topic.

[Privacy Policy] [Terms of Use]

© Drexel University 1994-2014. All Rights Reserved.
The Math Forum is a research and educational enterprise of the Drexel University School of Education.